Ventilo n° 494

du 14 février au 12 mars

EDITO

On aurait beaucoup à dire sur la rhétorique militariste employée par Emmanuel Macron lors de sa dernière « conférence de presse », ainsi que sur son terrible emprunt à l’extrême droite, le slogan rance « Pour que la France reste la France » (que certains de son camp, en d’autres temps certes, n’avaient pas manqué de fustiger). Mais parmi tous les « réarmements » appelés de ses vœux par le président de la République, il en est un — asséné à plusieurs reprises lors de son discours à l’Élysée, tel un mantra — qui a peut-être de quoi nous préoccuper plus que les autres : le « réarmement démographique ». En deux mots seulement, cet édifiant attelage entre lexique guerrier et politique nataliste symbolise la dérive autoritaire du chef de l’État, qui s’érige en petit père du peuple contrôlant tout, jusqu’à la reproduction de sa population — et, par ricochet, le corps des femmes. La formule ultra-conservatrice, sans effet et d’un autre temps, réduit les femmes à une fonction