FIDMarseille - Festival International de Cinéma

Cinéma : 32e édition. Projection de 110 films représentant 39 pays, rétrospective Apichatpong Weerasethakul (Grand Prix d'honneur), séances spéciales, expositions...
Soirée d'ouverture (gratuite) le 19 au Théâtre Silvain avec la projection de Mano a Mano de Priscilla Telmon & Mathieu Moon (France - 2021 - 52'), en présence des réalisateurs, d'Éric Cantona, Rodolphe Burger et Rachida Brakni, suivie d'un concert de Mademoiselle (blues oriental)

L’an passé, rappelez-vous, c’était la surprise. Le FIDMarseille 2020 avait bien lieu, en salles, en présence des spectatrices et des spectateurs, en présence des cinéastes venus certes de moins loin que d’ordinaire, mais la réjouissance était au rendez-vous : c’était fête de pouvoir retrouver le partage, fête de pouvoir échanger, débattre, s’étonner. Bref, de vivre, pleinement, ce moment unique qu’est et que se doit d’être un festival. À nouveau cette année, en dépit du chahut du calendrier festivalier mondial, le FIDMarseille 2021 se tient, un peu plus tard que de coutume en juillet : du 19 au 25. Si l’année dernière, durée et voilure du festival avaient été resserrées, nous retrouvons pour cette 32ème édition quasi pleine amplitude. Et pour marquer cette volonté de gommer les distances imposées jusque-là, c’est de Thaïlande que vient notre Grand Prix d’Honneur : Apichatpong Weerasethakul, un des cinéastes contemporains vivants les plus importants. Primé à plusieurs reprises à Cannes, puis Palme d’Or en 2010 avec Uncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures, cette année à nouveau en compétition avec Memoria, tourné en Colombie avec Tilda Swinton et Jeanne Balibar, Weerasethakul est à l’origine d’une vision du monde unique et fort précieuse : à la fois magique et sensuelle, d’une extrême délicatesse et d’une grande précision politique. Une large partie de sa filmographie sera projetée pendant le festival, du premier (restauré par les soins de Martin Scorsese) au dernier opus compris ; il présentera plusieurs séances et conduira une masterclass.

Et bien sûr, bien d’autres cinéastes, femmes et hommes, nous feront également l’honneur de leur présence. En jury tout d’abord, et nous sommes heureux d’accueillir Lav Diaz comme président du jury de la compétition internationale, et Lech Kowalski comme président de la compétition nationale. Ainsi que celles et ceux dont les films sont en compétition et hors compétition. Au total 110 films seront montrés, représentant 39 pays. À détailler succinctement : 50 films en compétition (dont 43 premières mondiales et 4 premières internationales), figurant 21 pays, 29 réalisateurs et 24 réalisatrices. Hors compétition : 60 films, dont 34 en Première Mondiale, Première Internationale, Première Française. La compétition Flash, destinée au films brefs et initiée l’an passé, est reconduite et le restera désormais, tant la formidable intensité est au rendez-vous, ainsi que le Prix Alice Guy qui récompense une cinéaste. Un nouveau prix, d’interprétation cette fois, sans mention de genre, sera décerné cette année par chacun des jurys de la CI, de la CF et de la CP.

Nous sommes également très heureux de faire partie de la saison Africa 2020, décalée d’une année, dans le cadre de laquelle et avec la complicité du festival des Cinémas Africains d’Apt, nous présentons un programme de 7 films inédits en France.

Bousculé par le chamboulement des dates, le FIDLab s’est déjà tenu, en ligne à nouveau, mais en faveur des activités qui sont les siennes. En effet, plus du double de rencontres professionnelles ont eu lieu, qui confirment la renommée largement croissante de l’aventure. Par ailleurs, plus de 60 % de hausse des inscriptions en deux ans, ce n’est pas peu ! Un Prix FIPRESCI à Berlin, trois anciens projets finalisés sélectionnés à Cannes cette année, dont le film d’ouverture de l’ACID, et deux à la Quinzaine, ce n’est pas rien ! Félicitons Fabienne Moris et l’équipe si industrieuse du FIDLab. À signaler pour cette édition, car c’est d’importance, deux nouveaux lieux d’implantation, que nous remercions vivement de nous héberger : le théâtre de l’Odéon, tout d’abord, à la jauge généreuse ; et un plein air installé dans la cour de la Vieille Charité, pour des projections gratuites, presque chaque soir, à 22 heures.

De retour également, l’aventure du FIDCampus, délaissée par force l’an passé : une petite troupe d’une quinzaine
de jeunes cinéastes venus du monde entier suivront un temps de formation, accompagnés par des professionnels
de renommée internationale.

Notre ouverture enfin, pour laquelle nous nous réjouissons de retrouver le splendide Théâtre Silvain en plein air, n’aura
rien d’ordinaire. Un film d’abord, où dialogueront en paroles et en chansons Rodolphe Burger, bien connu de la scène
rock, avec, belle surprise, Éric Cantona, preuve que poésie et musique se refusent aux frontières. Ces deux magnifiques complices seront avec nous pour présenter ce film. Qui sera suivi d’un concert live du groupe Mademoiselle constitué de Rodolphe Burger, Sofiane Saidi et Mehdi Haddab.

Sachant que rien de tout cela ne serait ni imaginable ni possible sans le soutien marqué de nos partenaires publics,
à la vigilance et à l’engagement sans faille, davantage encore durant cette période d’incertitudes que nous venons
de traverser, nous tenons à remercier profondément et à saluer l’accompagnement à nos côtés de la Région Sud,
de la Ville de Marseille, du CNC et du Département des Bouches du Rhône. Nous tenons également à prolonger
ces remerciements en direction de l’ensemble de nos partenaires privés.
 

— J.-P. Rehm, Délégué Général du FIDMarseille

À noter : le FID juste avant le FID : une séance de projection en plein air imaginée en complicité avec le Gyptis se tiendra le dimanche 18 juillet sur le toit-terrasse de la Friche de la Belle de Mai. Y sera montré le merveilleux film de Tahia Ya Didou (Salut mon pote !) de Mohamed Zinet (Algérie, 1971).

 

Artistes présents

Apichatpong Weerasethakul / Nick Pinkerton / Jelena Maksimović / Constanze Ruhm / Carine Chichkowsky / Víctor Iriarte / Lech Kowalski / Alessandra Celesia / Kiyé Simon Luang / Pela del Álamo / Jacques Kermabon / Sofia Bohdanowicz / Muriel Enjalran / Jacqui Davies / Djamel Kerkar / Lav Diaz / Annick Leroy / Clément Schneider / Simon Rembado / Declan Clarke / Claire Doyon / Carole Chassaing / Kyoshi Sugita / Chika Araki / Ioanis Nuguet / Maria Iorio / Muriel Montini / Alain Comte / Wasthie Comte / Raphaël Cuomo / Marie Reinert / Pascale Bodet / Serge Bozon / Rafael Palacio Illingworth / Pierre-Edouard Dumora / Nicolas Klotz / Elisabeth Perceval / Bertrand Scalabre / Grégoire Perrier / Sébastien Téot / Sandrine Strappazon / Emmanuelle Gachet / Jacques Meilleurat / Lilith Kraxner / Milena Czernovsky / Isabelle Piechaczyk / Antonin Peretjatko / Zoé Chantre / Jonathan Davies / Pierre Creton / Vadim Kostrov / Lucy Kerr / Wendelien van Oldenborgh / Marie Losier / Antoni Collot / Garegin Vanisian / Maïder Fortuné / Yu Araki / Annie Mac Donell / Óscar Vincentelli / Teo Guillem / Elena Galilea / Santiago Mohar Volkow / Janis Rafa / Ben Russell / Tuomo Tuovinen / Ben Rivers / Nicolas Becker / Jakov Munizaba / Jean-Baptiste Alazard / Sasha Pirker / Dounia Sichov / Larry Clark / Simon Köcher / Jonathan Velasquez / Baya Medhaffar / Stéphanie Roland / Manuel Ponce León de Restrepo / Sophie Roger / Dania Reymond-Boughenou / Diego Hernández / Melissa Castañada / Julien Chauzit / Erika Etangsalé / Jonathan Rubin / Marianne Haroche / Franziska von Stenglin / Lucie Baudinaud / Vincent Meessen / Christophe Cognet / Swen de Pauw / Cédric Bonin / Ted Fendt / Daniela Zahlner / Mia Sellmann / Miguel Gomez / Maureen Fazendeiro / Rodolphe Burger / Sofiane Saidi / Mehdi Haddab / Eric Cantona / Claire Atherthon / Chantal Akerman / Payal Kapadia / Thomas Hakim / Caroline Champetier / Aylin Kuryel / Lucas Camargo / Serge Garcia / Alain Mazars / Clemente Castor / Christophe Bisson / Yotam Ben-David / Anja Dornieden / Juan David Gonzales Monroy / Stanislav Dorochenkov / Diego Marcon / Christophe Clavert / Maxime Martinot / Marie Alberto Jeanjacques / Sara Klingemann / Paloma Orlandini Castro / Barbara Wagner / Benjamin de Burca / Mercedes Gaviria / Louise Deltrieux / Guillaume Lillo / Marie-Claude Treilhou / Mili Pecherer / Jorge León / Florence Pazzottu...

Marseille
Du 19 juillet au 25 juillet
Séance : 6/8 €. Pass festival : 55/75 €
www.fidmarseille.org
13000 Marseille

Article paru le jeudi 1 juillet 2021 dans Ventilo n° 449

FIDMarseille 2021

FID back

 

Pour sa trente-deuxième édition, le FIDMarseille impressionne par sa programmation formidablement riche et passionnante, illuminant la cité phocéenne par un fourmillement de propositions cinématographiques, et plus largement artistiques, à nulles autres pareilles.

    Rarement le terme festival n’aura autant fait sens : joie des retrouvailles et explosions sensorielles que permet le cinéma tissent le fil d’Ariane de programmations diablement vivifiantes, propres à ôter tous doutes sur les fonctions fédératrice et émancipatrice de l’image en mouvement ! L’exemple le plus éloquent est bien évidemment le programme déroulé cet été par l’équipe du FIDMarseille, l’un des rendez-vous les plus courus — et les plus passionnants — en France, un joyau cinématographique pour la cité phocéenne. La trente-deuxième édition du festival, qui se déroulera à Marseille du 19 au 25 juillet, impressionne derechef par l’infinie richesse des propositions développées, par la générosité des rencontres proposées (plus de deux-cents cinéastes, artistes, producteurs, comédiens, écrivains, techniciens du cinéma rejoindront cette nouvelle édition), par l’intelligence des regards portés, par la dynamique de programmation qui, à l’instar des années précédentes, nous offre l’occasion de découvertes à nulles autres identiques. En quelques chiffres, ce sont près de cent-dix films proposés, en provenance d’une quarantaine de pays, dont quarante-trois premières mondiales, sans oublier les compétitions qui restent la colonne vertébrale de l’événement. L’ouverture des festivités donne le ton : au Théâtre Silvain, le film Mano a mano de Priscilla Telmon et Mathieu Moon Saura réunira Éric Cantona, Rodolphe Burger, Rachida Brakni et les cinéastes, pour une soirée film et concert (de Mademoiselle, le trio constitué par Rodolphe Burger, Sofiane Saidi et Mehdi Haddab) particulièrement remarquable. Mettons d’emblée l’accent sur la somptueuse rétrospective consacrée à l’immense cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Grand prix d’Honneur de cette nouvelle édition, récompensé de la Palme d’Or cannoise pour Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures), et dont les quatorze films programmés permettront de mesurer l’étendue du génie cinématographique. Concernant la Compétition Internationale, les quinze opus sélectionnés excitent bien évidemment notre curiosité, de Beatrix de Lilith Kraxner et Milena Czernovsky à The Invisible Mountain de Ben Russell, en passant par Topology of Sirens de Jonathan Davies ou Nous disons révolution d’Élisabeth Perceval et Nicolas Klotz. Curiosité tout autant ardente pour les films des autres compétitions, française, Prix CNAP, premier film, Flash ou GNCR, entre autres. Mais au-delà, de belles promesses sont à dénicher dans la sélection « Autres Joyaux », à l’instar du film d’Alain Mazars (dont nous avons en mémoire le touchant Ma sœur chinoise avec Alain Bashung), Des enfants et des ruines, Her name was Europa d’Anja Dornieden et Juan David Gonzales Monroy, Ire de Valérie Massadian (qui nous avait offert en 2017 le très beau Milla), Simone Barbes ou la vertu de Marie-Claude Treilhou, ou le nouvel opus de Florence Pazzottu, Un faux roman sur la vie d’Arthur Rimbaud. Un grand festival, donc, qui se clôturera par The Night of Knowing Nothing de Payal Kapadia. Bien évidemment, ce passionnant programme prolonge bien au-delà le champ de la découverte, citons en l’occurrence la rencontre avec Miguel Gomes et Maureen Fazendeiro, pour la séance du film Diarios de Otsoga, le partenariat européen avec Doc Alliance, la saison Africa2020, sans oublier l’un des pans désormais incontournables du FIDMarseille, le FIDLab, qui depuis treize ans permet l’émergence de films en construction. Peine perdue que de citer ici, de manière exhaustive, toutes les dynamiques qui composent cette trente-deuxième édition, mais les spectateurs qui y feront leur propre déambulation resteront indéniablement marqués par la liberté du cinéma dans sa réinvention des formes et ses multiples représentations du monde.  

Emmanuel Vigne

 

FIDMarseille : du 19 au 25/07 à Marseille.

Rens. : www.fidmarseille.org

  Tags