Actoral

21e édition du festival international des arts et des écritures contemporaines : spectacles, performances, arts visuels, lectures, musique, mises en espace... Direction : Hubert Colas et Caroline Marcilhac

actoral est un festival international qui voue son projet artistique aux écritures d'aujourd'hui. La part belle est faite au théâtre, à la danse, aux arts visuels, à la performance, à la musique, à la littérature pour donner à voir et à entendre la diversité et la vitalité de la création contemporaine.

 

Pierre Alferi I Michaël Allibert & Jérôme Grivel I Ferdinand Barbet I Yaïr Barelli & Niloufar Basiri | Linda Blanchet I Patrick Boucheron I Arno Calleja I Jonathan Capdevielle, Marco Berrettini & Jérôme Marin | Gabriela Carneiro da Cunha I Théo Casciani I Rébecca Chaillon | Thomas Clerc | Oscar Coop-Phane | Anne Corté I Jean D’Amérique & Lucas Prêleur I Gregor Daronian & Valentine Basse I Mercedes Dassy | Éva Doumbia I Jonathan Drillet & Marlène Saldana | El Conde de Torrefiel I Élèves de l’ESAAIX | Mohamed El Khatib | F/cken Chipotle | Rochelle Fack | Florian Gaité | Jérôme Game | Rodrigo García | Cassiel Gaube I Rebecca Gisler & Rassov | Rainald Goetz & Hubert Colas | François Gremaud | Célia Houdart | Simon Johannin & Jardin | Maxime Juin | | Lou Kanche | Smaïl Kanouté | Naomie Klaus | Jaha Koo I Thibault Lac & Bryana Fritz | Le Kaiju | Nina Leger | Ariane Loze | Amélie Lucas - Gary | Felix Macherez | Jan Martens | Steven Michel I Jeanne Moynot | Valérie Mréjen I Genevieve Murphy I Kim Noble | Ginevra Panzetti & Enrico Ticconi I Matthieu Peck I Charles Pennequin | Julia Perazzini I Davy Pieters | Poésie Plateforme / Jérôme Mauche I Jean-Luc Raharimanana I Revue Cockpit / Christophe Fiat & Charlotte Rolland I Vincent Riebeek I Alice Ripoll I Alexandre Roccoli & Adam Shaalan | Simon Senn & Tamara Leites | Vladimir Steyaert | Thérapie de Club | Vincent Thomasset | Laura Vazquez | Gisèle Vienne I Miet Warlop I Antoine Wauters

 

Marseille
Du 10 septembre au 9 octobre
Tarifs variables suivant les lieux et les spectacles
Rens. 04 91 94 53 49 / resa@actoral.org
www.actoral.org
13000 Marseille

Article paru le mercredi 15 septembre 2021 dans Ventilo n° 450

Actoral 21

Le jour d’après

 

Pour sa vingt et unième édition, le festival Actoral se déploie dans ce qu’il sait faire de mieux, avec une programmation éclectique qui prend le pouls d’un XXIe siècle déjà bien installé.

    Le jour d’après est devenu la dramaturgie de notre quotidien. Tout un chacun cherche le commencement d’une histoire dont il ne maîtrise pas les aboutissants. Le monde redevient un laboratoire d’hypothèses dont l’imagerie est incertaine, parce que les grands dogmes ont explosé. Actoral a construit patiemment un réseau d’ententes et de rapprochements qui offrent au devenir de la scène un champ infini des possibles. De la danse au théâtre, de la performance au music hall, l’interprète ouvre des portes et passe de l’une à l’autre dans une aisance proche de la respiration. À la manière de Fritz the Cat, la déambulation devient le lieu d’une rêverie et d’un fantasme inassouvi. Aucune morale n’est pas épargnée et tout se désintègre dans une reconstruction de l’instant. Dans le prolongement d’une expérience génétique, l’art se jette dans des propositions éparpillées, sans ordre préétabli, abolissant la norme et la norme mâle. Il en ressort des sentiments plus ou moins marqués, des souvenirs éparpillés qui ne laisseront qu’une infime trace dans le lointain, mais la dynamique de l’instant présent persiste et construit des relations et des réseaux pérennes, comme autant de plateformes sur lesquelles le travail peut se reconstruire. Actoral aime les success story (Jonathan Capdevielle, Gisèle Vienne, Miet Warlop, Valérie Mréjen), des artistes accompagnés depuis leur début qui deviennent des références. De par l’ampleur de sa programmation, les sujets brûlants de l’actualité ne manquent pas (le transgenre, le féminisme, le dystopique, l’immatériel). Mais il n’est pas question de forum et de débat d’idées dont raffolent les plateaux télé. Ici, le cheminement et la construction d’une pensée se cognent à la réalité de la scène et transcendent le corps de l’interprète. Un halo diffuse le passage du temps, l’odeur du doute, le questionnement du sexe, l’inconscient, la famille, l’argent, le pouvoir. Tout ce qui interroge l’humanité dans son essence et son devenir, dans sa culture et sa rupture.  

Karim Grandi-Baupain

   

Actoral 21 : jusqu’au 9/10 à Marseille.

Rens. : www.actoral.org

Le programme complet du festival Actoral ici

 

Les incontournables de la quinzaine


 

Auréliens de François Gremaud

[caption id="attachment_35271" align="alignleft" width="300"] © Mathilda Olmi[/caption] Ils sont deux Aurélien à donner son titre au spectacle. Il y a d’abord l’astrophysicien Aurélien Barrau qui, en 2019 à l’Université de Lausanne, donne une conférence mémorable et alarmiste sur le dérèglement climatique. Et il y a le comédien Aurélien Patouillard, également physicien de formation, qui s’empare de son discours. Le metteur en scène suisse François Gremaud, qui a largement fait parler de lui avec son Phèdre, vif succès du In d’Avignon 2019, vient de faire l’ouverture du Festival d’Automne à Paris avec ce nouvel opus. Reprenant la forme de la conférence, il théâtralise, avec son art magistral du décalage joyeux (alors que l’on aurait plutôt envie de pleurer), cet énième cri d’alarme afin d’arrêter le drame en marche qu’Aurélien Barrau qualifie de « plus grand défi de l’histoire de l’humanité ». Raisonner par l’absurde, une manière d’éveiller autrement les consciences, doublement revigorante !

Marie Anezin

> les 21 & 22/09 à Montévidéo (6e)

   

Showgirl de Marlène Saldana & Jonathan Drillet

Monument de kitsch et d’outrance au point d’être devenu culte, le film Showgirls montre l’ascension et la déchéance de son héroïne, une ancienne prostituée déterminée à faire carrière à Las Vegas. Galvanisé par ses précédents succès Total Recall et Basic Instinct, Paul Verhoeven a le champ un peu trop libre pour son époque et ne trouvera pas son public parmi ses contemporains qui, au contraire, raillent son film pour son mauvais goût. La carrière cinématographique de son interprète, la belle Elisabeth Berkley (aka Jessie dans la série pour pré-ados Sauvés par le gong) en fera ainsi les frais. Tout étant affaire d’époques, presque trente ans plus tard, le tandem Marlène Saldana et Jonathan Drillet réhabilite l’œuvre choc dans un spectacle mêlant Beckett et culture queer. Un monologue sur fond de pole dance donnant à entendre les injonctions les plus cruelles du film et le son électro de Rebeka Warrior (Sexy Sushi).

BC

> les 21 & 22/09 à la Criée (7e)

 

Mahmoud ou la montée des eaux d’Antoine Wauters

[caption id="attachment_35269" align="alignleft" width="300"] © Lorraine Wauters[/caption] Malgré son sujet ardu, la Syrie, l’ouvrage d’Antoine Wauters est l’une des très bonnes surprises de la rentrée littéraire. Un vieux poète, qui chaque jour plonge de sa barque pour visiter les ruines désormais sous-marines de son village natal, en ressort un bouquet de réminiscences où horreurs vécues et douce nostalgie cohabitent dangereusement. Pour sa lecture, Antoine Wautres dit vouloir quelque chose de simple, juste les mots de Mahmoud : « C’est une expérience de plongée, une immersion dans la mémoire d’un homme qui a tout perdu, mais qui ne peut se résoudre à abdiquer, qui s’accroche à la vie et veut sauver ce qu’elle a de beau. C’est un message fraternel, une invitation à cesser de répondre à la brutalité du monde par toujours plus de brutalité, mais au contraire par du calme, de la paix et de la douceur. La poésie contient ces trois choses si précieuses. Calme, paix et douceur. » Et sous l’écriture de l’auteur belge, on peut rajouter « beauté » !

Marie Anezin

> le 23/09 à Montévidéo (6e)

NB : L’auteur sera également au festival Les Correspondances de Manosque en rencontre avec Julie Ruocco le 25/09.

 

Elisabeth Gets Her Way de Jan Martens

Comme le dit Jan Martens, venir voir « un portrait dansé d’Elisabeth Chojnacka, une claveciniste polonaise qui vivait à Paris, décédée il y a quatre ans, vous pourriez penser “Ce n'est pas pour moi (je le pensais aussi)”. » Et pourtant, le chorégraphe flamand réussit une fois de plus à réinventer sa danse. Il nous fait découvrir, corporellement et avec des documents d’archives, des souvenirs de ses collaborateurs, cette incroyable artiste engagée et avant-gardiste, pour laquelle plus de quatre-vingts compositeurs (parmi lesquels Ligeti, Montague, Krauze, Xenakis, Finzi, Nyman…) ont écrit des œuvres ! Une musique complexe et intense dont les boucles répétitives font vibrer le corps de Jan Martens, à la manière d’un capteur de sons, une vibration électrique, un chaos de pulsations rythmiques… Ou, devenue plus fluide, une musique qui mute en une danse tantôt énergique, enjouée, puis « caresse », en opposition aux frappés rugueux des touches du clavecin. Une musique qui reprend le pas sur la danse et confirme une fois de plus le talent de Jan Martens pour nous surprendre avec génie.

Marie Anezin

> les 28 & 29 à la Friche la Belle de Mai (3e)