Les Rencontres à l'Échelle

16e édition du festival pluridisciplinaire proposé par les Bancs Publics autour des questions liées aux identités, aux migrations, aux rapports entre l'Occident et l'Orient : arts visuels, danse, théâtre, performances, cinéma...

Après une année blanche en 2020, la 16e éditon du festival international de création contemporaine Les Rencontres à l’échelle, exceptionnellement échelonnée en 4 temps depuis juin dernier, donnera à voir son prochain et dernier chapitre dans divers lieux à Marseille du 7 au 28 novembre prochain.
 
Le programme à venir de ce quatrième temps fort du festival sera comme à son habitude pluridisciplinaire invitant des artistes de divers horizons, du spectacle vivant notamment mais aussi des chercheur·e·s, photographes, artistes plasticiens, auteur.e.s, etc. C'est ainsi une trentaine d’événements oscillant entre danse, théâtre, musique, lecture, performance et cinéma qui seront programmés à travers la ville de Marseille.

 



« Cette 16e édition des Rencontres à l’échelle sera dédiée aux gestes, aux images, aux sons tels qu’ils s’inventent depuis les Suds. D’Afrique, du Maroc, de la Tunisie, du Liban, d’Afghanistan, d’Algérie, les invité·e·s du festival sont de jeunes artistes qui explorent l’Ailleurs au cœur de l’Ici : l’ailleurs déconstruit de la culture européenne mais aussi l’ailleurs d’une enfance remémorée. Dans un contexte de création marqué par l’instabilité, les artistes explorent des seuils autant que des possibles, inventent des lieux d’exil artistiques et composent des endroits du vivre et sentir ensemble. Une attention particulière à la scène libanaise irrigue cette édition avec les dernières créations d’artistes emblématiques de la scène contemporaine, ainsi qu’une invitation à des artistes afghans arrivé·e·s en France cet été. »


— Julie Kretzschmar
Directrice des Rencontres à l’Échelle - Bancs Publics

Marseille
Du 9 novembre au 28 novembre
Tarifs variables suivant les spectacles
Rens. 04 91 64 60 00 / contact@lesbancspublics.com
https://www.lesrencontresalechelle.com/
13000 Marseille

Article paru le mercredi 27 octobre 2021 dans Ventilo n° 453

Les Rencontres à l’Échelle

Points de vue, images du monde

 

Auscultant le monde et ses agitations à l’aune du spectacle vivant, favorisant une multiplicité de points de vue, les Rencontres à l’Échelle redimensionnent le monde à taille humaine. Tour d’horizon.

    Quand, au mitan des années 2000, Julie Kretzschmar et l’équipe des Bancs Publics décident de créer une manifestation pour donner à voir dans la cité phocéenne des œuvres singulières d’artistes de tous horizons, le nom de Rencontres à l’Échelle s’impose instantanément. Parce que plus qu’un festival, il s’agit de rencontres : avec l’autre, bien souvent celui qui vit sur l’autre rive de la Méditerranée, mais aussi avec des disciplines relevant d’autres champs que l’artistique. Et parce que le terme d’échelle, emprunté à la topographie, renvoie à une question de perception, de points de vue. Sans compter que sa racine latine scala signifie « port » ; une évidence pour l’équipe marseillaise, qui collabore alors principalement avec les scènes d’Alger et Beyrouth. Depuis, les horizons se sont encore élargis pour le bureau de production désormais installé à la Friche. Les artistes que les Bancs Publics soutiennent tout au long de l’année, via des résidences au long cours ou des coproductions internationales, viennent essentiellement de ce que Julie Kretzschmar nomme « les Suds » (Afrique et Proche Orient), mais aussi de diasporas disséminées en Europe. Chacun à leur manière, ils cherchent à interroger leurs origines, « à l’intersection des questions raciale, sociale et de genre », faisant du festival une véritable baie vitrée sur le monde et ses agitations, avec des gestes artistiques qui s’adressent autant à notre sensibilité qu’à notre intellect. Si la directrice du festival se refuse à parler d’un « focus » sur le Liban, les artistes beyrouthins viendront en nombre dans la cité phocéenne (qu’ils ont d’ailleurs été nombreux à rejoindre directement après l’explosion sur le port en août 2020), d’Alexandre Paulikevitch, figure tutélaire de la danse dans son pays, à Danya Hamoud, chorégraphe désormais installée à Marseille, en passant par Ali Chahour ou La Mirza & Rayess Bek. La jeune autrice et metteuse en scène Chrystèle Khodr vit et travaille toujours dans la capitale libanaise, développant des projets autour de la mémoire, sujet ô combien sensible dans un pays « qui ne produit pas d’histoire officielle et qui essaye même d’anéantir le travail de mémoire porté par la société civile, et dans lequel le milieu artistique est très impliqué. » Moshin Taasha vient quant à lui d’un autre pays qui a, hélas, fait la une ces derniers temps : l’Afghanistan. Alertées début juillet sur la situation politique chaotique du pays par Guilda Chahverdi (artiste et metteuse en scène qui avait curaté l’exposition Kharmora au Mucem il y a deux ans), plusieurs structures de la Friche — au premier rang desquelles les Bancs Publics bien sûr, mais aussi Triangle-Astérides — se sont retrouvées à l’origine de la mobilisation nationale pour les artistes afghans, qu’elles ont ainsi pu accueillir à Marseille juste avant la chute de Kaboul. Travaillant sur les identités cachées, Moshin Taasha proposera une variation autour de sa performance La Renaissance du rouge (couleur symbole de la mort en Afghanistan), initialement créée à Kaboul, avec de jeunes acteurs afghans réfugiés en France, accompagnés pour l’occasion d’élèves comédiens de l’ERACM. La jeunesse est justement l’une des particularités du festival, dont la plupart des artistes invités appartiennent à la génération des moins de quarante ans. De fait, ils proposent des spectacles souvent inédits, ou tout juste éclos. C’est le cas de Salim Djaferi, artiste belge d’origine algérienne, formé au théâtre documentaire auprès d’Adeline Rosenstein (une habituée des Rencontres), et dont l’histoire personnelle — une histoire de mots — éclaire la création contemporaine algérienne. En quête d’ouvrages sur la Guerre d’Algérie dans ce pays d’origine qu’il a découvert sur le tard, il fait chou blanc, pour la simple et bonne raison que là-bas, la guerre d’indépendance porte le nom de Révolution. Comme le rappelle Julie Kretzschmar, « aujourd’hui, tout ce qu’on fabrique artistiquement, politiquement, collectivement, passe par des questions de langage, qui sont des enjeux de négociation et d’affirmation. » Première création aussi pour Kenza Berrada. À l’instar de tous les créateurs trentenaires, cette jeune artiste marocaine installée à Paris ne se pose pas la question de la discipline. Impliquée dans le milieu des arts visuels et de l’art contemporain, elle utilise dans ce premier spectacle une figure mythologique, Boujloud, « l’homme aux mille peaux », pour aborder une question aussi universelle que personnelle : la violence faite aux femmes au sein de la famille. Ancien interprète de l’incontournable Faustin Linyekula, le jeune congolais Yves Mwamba fera également sa première scène en tant que chorégraphe avec Voix intérieures, un spectacle sur la façon dont la jeunesse activiste résiste et invente des modes de vie et de solidarité dans des pays comme la R.D.C. Dessinant un puzzle d’une quinzaine de projets avec un fil conducteur documentaire et politique, les Rencontres à l’Échelle mettent ainsi en écho différents récits et représentations du monde contemporain pour créer un paysage commun.  

Cynthia Cucchi

 

Les Rencontres à l’Échelle : du 9 au 28/11 à Marseille.

Rens. : 04 91 64 60 00 / www.lesrencontresalechelle.com/

Le programme complet des Rencontres à l’Échelle ici